Return to site

Rupture, et les enfants dans tout ça ?

· Enfants

L’annonce de la séparation est un moment délicat.

Comment le lui annoncer ?

Dans l’idéal, il serait préférable que les parents se mettent d’accord ensemble sur ce
qu’ils vont dire et que toute la famille soit réunie au moment de l’annonce. Il est
important qu’ils prennent du temps pour expliquer à l’enfant, avec des mots simples
et adaptés à son âge : que l’histoire de leur couple se termine, qu’ils ont vécu de
belles choses ensemble, mais que, face aux difficultés qu’ils rencontrent aujourd’hui,
ils ne voient pas d’autre solution que de poursuivre leurs chemins séparément.
Il est aussi essentiel de dire, et redire, que le lien parent-enfant va toujours perdurer.
Idéalement, il est préférable d’annoncer la séparation quelques temps avant qu’elle
ait lieu, quand les parents ont déjà décidé des éléments pratiques.


Lorsque c’est possible, il faut indiquer à l’enfant de manière très concrète ce qui va
changer, quel parent déménage et comment sera organisée sa nouvelle vie. Pour le
rassurer, il est utile de mettre l’accent sur ce qui ne va pas changer:
- l’école, les activités, etc.


Au moment de l’annonce, l’enfant peut ressentir un choc, une grande tristesse, de la
colère, de la confusion. Cette annonce le fait entrer brusquement dans une nouvelle
réalité, alors que les parents ont déjà eu le temps de se préparer au changement.

Que faire pour l’aider ?

● Insister sur le fait que l’enfant n’est pas responsable de ce qui arrive, que la
séparation est une histoire qui concerne les adultes.

● Rassurer l’enfant en lui expliquant que sa relation avec chacun de ses
parents restera la même, que les sentiments entre adultes peuvent changer
mais en aucun cas les sentiments entre parents et enfants.

● Donner des repères sur l’organisation de la nouvelle vie et insister sur ce qui
ne va pas changer, comme : qui va les emmener et venir les chercher
(garderie, école, etc.), les informer quand ils seront chez leur papa ou leur
maman, etc.


● Se préparer à reprendre la discussion ultérieurement, si l’enfant n’est pas à
même de tout entendre sur le moment. Plusieurs courts échanges valent
mieux qu’une longue discussion, d’autant plus lorsque l’enfant est petit.


● Informer l’entourage (famille, école, garderie, etc.) de la séparation. Ce n’est
pas le rôle de l’enfant d’informer les proches.

Pas facile pour lui de vivre ses émotions..

Face à la séparation de ses parents, l’enfant peut ressentir différentes émotions :

➔ tristesse,
➔ colère,
➔ peur,
➔ culpabilité,
➔ plaisir,
➔ joie,
➔ soulagement (par exemple suite à l’arrêt du conflit conjugal) ou ne pas réagir
et faire comme si tout était habituel.

Toutes ces réactions peuvent être souvent contradictoires et sont normales.

Ressentir ces émotions face à une situation de séparation est tout à fait naturel et
permet à l’enfant d’intégrer progressivement la nouvelle réalité. La difficulté est qu’il
les vit toutes en même temps, donc de manière chaotique, sans savoir où et
comment les exprimer.
- L’enfant a du mal à identifier et à exprimer ses différentes émotions et peut
réagir par des comportements parfois inhabituels, tels que agressivité,
opposition, crises de colères, retrait, repli sur soi, excès d’inattention, etc.
- Ce chaos émotionnel qu’il ressent est difficile à comprendre et à vivre et il est
important que l’enfant puisse y mettre de l’ordre.

Que faire pour l’aider ?

● Laisser à l’enfant la possibilité d’exprimer ses émotions avec un adulte de
confiance (proche ou professionnel).

● Savoir qu’il accèdera plus facilement à ses émotions si les adultes qui
l’entourent, acceptent leurs propres émotions.
● Être à l’écoute de l’enfant.
● Accepter et reconnaître sa souffrance et ses émotions.
● Si l’enfant s’installe de manière récurrente et intense dans un type de
réaction, il devient nécessaire de chercher une aide professionnelle.

L’enfant peut perdre ses repères..

L’enfant voit sa vie bouleversée par les changements.

Il a maintenant 2 lieux de vie et il voit ses parents séparément.

Si l’organisation de la semaine entre papa et maman est compliquée ou floue, cela
peut vite devenir un défi pour l’enfant, voire un vrai problème.
Sa place dans la famille change, en particulier, lorsqu’une nouvelle famille se
reforme d’un ou des deux côtés.

- Des repères mouvants ou flous génèrent chez l’enfant du stress, de l’anxiété,
de l’opposition et/ou de l’agressivité.
- L’enfant doit soudain mobiliser beaucoup d’énergie pour s’adapter à sa
nouvelle vie et se construire progressivement de nouveaux repères.
- Il peut être profondément “désécurisé” s’il ne sait plus où est sa place dans sa
propre famille.

Que faire pour l’aider ?

● Poser des repères explicites, d’autant plus en cas de garde partagée. Pour
sécuriser l’enfant, l’organisation de la semaine doit être simple et planifiée de
manière concrète.
● Éviter l’incertitude et les changements de dernière minute, surtout lorsqu’ils
sont petits.
● Accepter que l’enfant ait besoin de temps pour s’habituer à cette nouvelle
organisation et intégrer une nouvelle représentation de sa famille.

SOYEZ ÉGALEMENT CONSCIENTS QUE :

★ L’enfant n’a pas le rôle “de consoler” le parent.
★ L’enfant peut être pris dans un conflit de loyauté
★ L’enfant n’est pas le messager des parents
★ L’enfant peut chercher à réunir ses parents de toutes les manières...

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly